La loi d’orientation des mobilités est l’amorce de la fin des ventes de voitures à énergies fossiles carbonées en 2040. Beaucoup d'entreprises sont d’ores et déjà en train de travailler sur leur transition vers l’électrique pour atteindre cet objectif avant la date butoire.

Le cycle d'achat d'un parc automobile étant généralement de cinq ans, le passage aux véhicules électriques et les défis logistiques qui en découlent sont devenus une priorité pour les gestionnaires de flottes.

A première vue, la décision de passer à l'électrique ne fait pas débat : les véhicules électriques présentent des avantages substantiels en termes de coût, d'efficacité et d'environnement, alors pourquoi attendre ? Malgré ces avantages et une échéance qui se rapproche, l'industrie continue de faire preuve d'une grande résistance. D'où la question cruciale : "l'industrie française est-elle prête pour la transition vers les véhicules électriques ?".

Entre réalité et fiction

L'un des plus grands défis consiste à séparer la réalité de la fiction. Un certain nombre de défis perçus autour des véhicules électriques persistent toujours, et relèvent de l'idée reçue. L'enquête que nous avons menée fait état d'une série de problèmes qui pèsent sur l'esprit des gestionnaires de flottes - les trois points les plus fréquemment cités étant le coût prohibitif (36%), le manque d'infrastructures de recharge sur le territoire national (36%) et la recharge à domicile pour les conducteurs (28%).

Si l'on compare ces problèmes perçus à la réalité, on voit apparaître une image très différente. Notre enquête auprès d'exploitants de flottes qui ont déjà entamé leur transition révèle que plus de la moitié d'entre eux considèrent que les véhicules électriques sont performants. 51 % estiment que les véhicules électriques représentent un bon rapport qualité prix et plus d'un tiers pensent qu'ils ont amélioré leur image de marque.

Ce qu’il faut faire, c'est d’assurer que toutes nos parties prenantes disposent de toutes les informations. Si on arrive à partager le potentiel des véhicules électriques, démontrer comment ce potentiel peut être réalisé et comment cela peut être bénéfique - l’ensemble des parties prenantes sera convaincu et engagé dans cette transition vers l'électrique.

La preuve par l'action

Paradoxalement, il y a un certain nombre de paramètres variables à prendre en compte lorsque vous envisagez de passer à l'électrique. Par conséquent, la première étape doit être un engagement clair de l'ensemble de l'entreprise pour réaliser la transition énergétique. Il s'agit d'une déclaration d'intention à l'attention de toutes les parties intéressées : cela va se faire et nous allons travailler ensemble pour atteindre l'objectif.

L'expérience suggère toutefois qu'une stratégie efficace consiste à " montrer " autant qu'à " dire ". Combiner l'intention avec les données aide les parties prenantes à comprendre pourquoi c'est important et, idéalement, comment cela aura un impact positif sur leurs pratiques de travail.

Un bon point de départ consiste à identifier et à partager les succès d'autres entreprises.
Avec 8100 véhicules électriques sur un total de 29 000 véhicules dans sa flotte, le groupe La Poste dispose actuellement de la plus grande flotte électrique en Europe
Mais chez La Poste, le choix de l’électrique ne porte pas seulement sur la question économique, c’est aussi une affaire de responsabilité sociale et environnementale (RSE). Le Groupe a pour objectif de réduire de 30 % ses émissions de CO2 d’ici 2030. La Poste se dirige donc vers une électrification massive du parc à long terme.

L'union fait la force : les données comme accélérateur

Au-delà des exemples que l’on peut trouver sur le marché, une entreprise a besoin de données pertinentes, précises et éclairantes pour prouver le bien fondé du véhicule électrique a ses parties prenantes.

Les estimations ne sont pas suffisantes. C'est pourquoi Masternaut a passé plus d'un an à travailler avec des gestionnaires de flottes en charge de plus de 37 000 véhicules pour comprendre avec précision quelles sont les questions qui influencent le plus leur prise de décision.

Cette étude a par exemple montré que les opérateurs ont besoin d'un moyen rapide et fiable d'identifier les trajets réalisés aujourd’hui par des véhicules à moteur à combustion interne (ICE) qui seraient les plus facilement transférables vers le VE. Grâce à ces données, Masternaut a déjà découvert que 43 % des trajets effectués par les véhicules de la flotte française pourraient être remplacés par des véhicules électriques dès maintenant, avec un impact minime ou nul sur les opérations quotidiennes, tout en réduisant les émissions d'échappement de 11,4 millions de tonnes de CO2.

Identifier ces véhicules qui peuvent passer à l'électrique en un clin d'œil est un moyen extrêmement précieux de démontrer la capacité des véhicules électriques et de rallier les nombreuses parties prenantes d'une entreprise. Au fur et à mesure qu'elles constatent les avantages des véhicules électriques, elles acquièrent la confiance nécessaire pour aller de l'avant et passer à des activités toujours plus ambitieuses. Étape par étape, victoire par victoire, objectif par objectif - les entreprises passeront avec succès vers l'électrification de leur flotte.

Une vision accessible

Cette analyse approfondie des besoins des gestionnaires de flottes montre à quel point le passage aux VE peut être complexe. Pour toute entreprise au début du processus, le parcours peut sembler incroyablement intimidant. Les opérateurs ont besoin de simplicité, tant au niveau de leur propre planification que dans la gestion des parties prenantes clés.

Cela a conduit Masternaut à concentrer les informations dans son outil MoveElectric. Il permet aux gestionnaires de flottes de prendre des décisions éclairées, basées sur des paramètres qui reflètent les besoins uniques de leur entreprise et leurs habitudes de travail. En se basant sur les données réelles de leurs véhicules actuels, les opérateurs ont une lecture très précise de ce qui est immédiatement réalisable, tout en éliminant les perturbations. Cela signifie qu'ils peuvent présenter une analyse de rentabilité précise et réaliste à chacune des parties prenantes, avant que tout changement ne soit effectué.
En visualisant ces données réelles de façon didactique, les équipes en charge de la transition peuvent créer une feuille de route simple avec des objectifs définis et significatifs et des résultats clairs et échelonnés dans le temps. En combinant les données et les informations, les opérateurs peuvent, par exemple, comprendre de quels véhicules ils ont besoin et à quel moment, aligner les cycles d'achat des véhicules sur les capacités croissantes des véhicules électriques et construire leur propre infrastructure de recharge, tout en les combinant avec des réseaux de recharge publics en pleine expansion.

Encore du travail au niveau du gouvernement ?

La politique gouvernementale s'orientant vers le " plus tôt que tard " en matière de véhicules électriques, notre question initiale sur l'état de préparation des entreprises n'a plus lieu d'être. Le changement arrivera, que l'entreprise soit prête ou non. La véritable question est la suivante : "Comment votre entreprise peut-elle en tirer profit ?"

Le changement suscite toujours de l'opposition et cette opposition est presque toujours fondée sur la peur de l'inconnu. Pour réussir, il faut se fier aux données réelles de votre flotte, et aux insights dont vous disposez, afin de rallier les nombreuses parties prenantes à votre cause.

L'accès aux bons outils apportera à l'industrie la confiance dont elle a besoin pour surmonter les défis portés par la transition énergétique et saisir les opportunités.

Par Alberto De Monte, Business Segment Director OEM, EV and Sustainable Mobility at Masternaut le 07 juil. 2021

Précédent | Suivant

Blog plus récent