Olivier Mansard, VP Global Sales de Masternaut, était invité par Fleet Europe à un débat à Bruxelles le 16 mai aux côtés de René De Jong, directeur des ventes Benelux chez TomTom Telematics et Hannah Massenhove, consultante chez BDO. Ils ont échangé sur la question “Comment impliquer tous les acteurs de la télématique”.

Lire notre livre blanc sur l’acceptation sociale

Pour déployer un programme de télématique dans une entreprise, il est essentiel de disposer du mandat et du soutien de l'organisation interne. Toutefois, les différences de culture locale, le scepticisme concernant la confidentialité des données et les doutes sur le retour sur investissement peuvent constituer des obstacles au déploiement du projet. Au cours de cette séance, les intervenants ont abordé certains des principaux problèmes auxquels les entreprises peuvent être confrontées lorsqu'elles abordent le sujet de la télématique et des services connectés.

De nombreuses entreprises européennes se heurtent à la même résistance lorsqu'elles présentent leur projet de télématique embarquée et de géolocalisation de véhicule : la peur d'être "surveillé". C’est particulièrement vrai avec la pression des syndicats en France par exemple.

Hannah Massenhove, consultante en management, a souligné l’importance d’avoir une discussion avec toutes les parties prenantes et de les informer, afin de s’assurer qu’elles soient toutes engagées. “La gestion des parties prenantes devrait être la première étape”, a-t-elle déclaré. "Les gens doivent voir ce qu'ils ont à y gagner."

"La télématique est l'avenir, mais nous devons rendre les choses positives pour les conducteurs", a ajouté Olivier Mansard. Masternaut a d’ailleurs rédigé le guide “Géolocalisation et télématique embarquée : comment bien gérer les relations sociales ?”, qui explique les mécanismes essentiels du déploiement d’un programme de télématique.

Pour les déplacements personnels, Masternaut a également développé un ‘mode privé’, permettant aux conducteurs de désactiver le dispositif de télématique et stopper l’enregistrement des données ; un autre moyen d’améliorer l’acceptation de cette technologie par les utilisateurs.

En fait, ces craintes représentent une réticence assez classique, avec laquelle les gestionnaires et les consultants ne seront que trop familiers : la résistance au changement.

"Nous changeons fondamentalement la mobilité", a ajouté Olivier Mansard. "Il ne s'agit pas uniquement de données, il s'agit d'un changement complet de notre utilisation de la mobilité."

-------------------

Afin de faciliter l'intégration de toutes les personnes impliquées dans le projet, nous avons travaillé avec des clients qui sont passés par ces étapes pour produire un guide comprenant :

  • La posture à adopter,
  • La méthodologie à appliquer,
  • La communication à créer,
  • Les arguments à mettre en avant..

….pour mettre en place en douceur un projet de télématique embarquée pour la flotte de véhicules.

Vous pouvez le télécharger gratuitement ici.

Previous Post | Next Post

Nouvelles plus récentes

Télématique : du véhicule connecté au véhicule communicant

En mai dernier, nous avons échangé avec Eric Gibory, journaliste spécialisé dans l'industrie automobile et des technologies, sur le sujet des ...

Masternaut On Time : le nouveau module qui optimise l’activité des entreprises

Dans la continuité de son accompagnement des entreprises, Masternaut, leader de la télématique enrichit sa plateforme de gestion de flotte Masternaut ...

Michelin fait l'acquisition de Masternaut

Paris, le 16/05/2019 - Masternaut, fournisseur de télématique en Europe, rejoint le Groupe Michelin au sein de sa division Services & Solutions.